Lectures

Interview de Rainbow Rowell

Dans le cadre du salon du livre de Paris, j’ai rencontré l’autrice Rainbow Rowell. Malheureusement la salle été bruyante, et mon micro pas assez bon. J’ai préféré ne pas vous proposer la version vidéo, car sa qualité est mauvaise. Voici donc mes questions et ses réponses, retranscrites.

Certains de mes abonnés écrivent également, comment avez-vous commencé ?
Quand j’étais petite, tout le monde me complimentait sur mes écrits, donc il était évident pour moi que je devais écrire pour vivre, une fois plus grande. J’ai fait une école de journalisme, et j’ai été journaliste dans un journal pendant 10 ans. Et pendant ce temps, j’ai écrit mon premier roman : « Attachement ».
Que ce soit dans « Attachement » ou dans « Eléanor & Park », vos histoires se déroulent souvent dans les années 80/90. Êtes-vous nostalgique ?
« Eléanor & Park » représente clairement mon adolescence en 1986, et je me suis dit que personne ne pourrait mieux écrire sur Omaha en 1986, que moi, car j’y étais, je l’ai vécu. Je pense également que l’adolescence est la partie de nos vies dont on se souvient le mieux, c’est une étape importante et elle marque nos vies, plus que d’autres moments. J’avais envie d’écrire sur cette époque.
Vous travaillez différents modes de communication entre vos personnages (mails, téléphone, etc.), pourquoi ?
J’aime faire parler les gens, et les faire tomber amoureux grâce au langage. Et je n’aime pas regarder une émission, ou lire un livre, où les personnages tombent amoureux au premier regard sans même s’adresser la parole…bon, c’est vrai que Eleanor et Park sont très silencieux (rire). Mais la magie des mots raisonne un peu comme une chanson pour moi, et tous ces échanges rythment une relation. Et du coup, j’adore écrire les dialogues. J’aime encore plus faire parler plusieurs personnages en même temps, les conversations de groupe, les réparties qu’ils peuvent s’envoyer, etc. C’est pour que ça que je suis attirée par les conversations, ou les voyages en voiture (des espaces confinés où les personnages n’ont pas d’autre choix que de se parler). Beaucoup moins par les textos, c’est moins intéressant à écrire.
Est-ce que vos personnages ont des liens entre eux ? Par exemple, est-ce qu’Eléanor est une version ado d’un autre personnage présent dans un autre roman ?
Non, pas vraiment. Le vrai lien c’est moi, bien sûr, chacun des personnages a à la fois beaucoup de ma personne, mais également pas grand-chose. J’adore combiner mes personnages et les créer. Il y a quelque chose, littéralement, qui relie tous les livres, c’est la ville. Chacune de mes intrigues se déroule à Omaha, mais à des époques différentes. Mais tous mes personnages ont finalement le même âge, ils pourraient très bien se rencontrer d’ailleurs. Peut-être que je devrais le faire dans un livre un jour, une grande réunion entre tous ces personnages qui se sont sûrement déjà croisés.
« Carry on » est vraiment différent de vos autres romans, pourquoi être partie dans un autre genre ?
J’ai toujours lu de la fantasy ou de la science-fiction moi-même. Mais étant journaliste, j’étais ancrée dans le réel, et je me disais que je serais incapable d’écrire de la fantasy. Et finalement, j’ai essayé. J’ai écrit « Fangirl » avec un peu de fantasy, j’ai donc pu expérimenter le genre. Après ça, je me suis entièrement lancée dans cet univers magique. De plus, après quatre livres plutôt semblables et dans le même genre, j’avais envie de prendre des risques. Et il est le livre que je lirais en premier parmi ceux que j’ai écrits, c’est celui que je prendrais plus plaisir à lire.
« Carry On » est-il écrit comme Cath, de « Fangirl« , l’aurait écrit, ou comme vous l’auriez écrit ?
C’est mon point de vue. Quand j’ai écrit « Fangirl », j’écrivais sur Simon et Baz du point de vue de Cath et de Gemma T. Leslie. Après ça, j’avais envie de le reprendre de mon point de vue à moi.  
Avez-vous, vous-même publié des fanfictions ?
Quand j’étais plus jeune, j’écrivais des histoires où j’étais le personnage central. J’étais fan des  « X-men » (rire) et je me représentais comme l’une des leurs, et tous les X-men dont j’étais amoureuse, tombaient bien sûr amoureux de moi. Mais vous voyez, il n’y avait pas Internet encore à ce moment-là, donc c’était simplement moi qui me faisais mes propres histoires. Ensuite, en tant qu’adulte, je suis devenue accro à « Harry Potter » ! J’ai lu tous les livres, vu tous les films. Et quand les films se sont terminés, j’ai eu comme une grosse panne, je pensais que ça continuerait pour toujours, et en fait non, c’était simplement fini. Et c’est à ce moment-là que j’ai commencé à lire des fanfictions, car je ne voulais pas que ça se termine. J’étais donc à fond dans ces histoires écrites pas des fans de la saga, j’en lisais toutes les nuits jusqu’à pas d’heure ! Alors je me suis dit « si j’avais été une adolescente maintenant, si j’avais eu des gens avec qui partager tout ça. Pas seulement l’écriture, mais la passion et l’amour autour de ces histoires, j’aurais adoré ça. ». « Fangirl » est un peu ma revanche, à travers Cath, je partage mon amour de la fanfiction. J’ai mis en scène la façon dont cet univers aurait changé ma vie, si j’avais été une adolescente à ce moment-là. Mais je n’ai jamais écrit de fanfictions Harry Potter, donc n’essayez pas d’en trouver sur le net (rire). Bon, en fait, si j’en ai écrit… mais je ne les ai jamais mises en ligne.

8 réflexions au sujet de “Interview de Rainbow Rowell”

  1. J'ai beaucoup aimé cet article, tu le relates très bien dans ta vidéo et tu reprends ces paroles parfaitement. Tu as géré sur l'anglais, tu avais fais des notes ou l'autrice t'as mise en confiance et c'est venu tout seul?En tout cas, merci pour cette interview, elle me donne encore plus l'envie d'écrire mes propres projets. Merci pour tout ça, Margaud, la bise! 🙂

    J'aime

  2. Roh là là, je suis jalouse et en même temps admirative ! Moi aussi j'adorerais rencontrer Rainbow Rowell. Je l'admire pour ses romans, surtout Eleanor and Park qui m'a transformée en petite chose sanglotante tellement j'étais sensible à ce qu'elle écrivait.

    J'aime

  3. Merci pour cette super interview !! Ahlàlà comme toi Fan Girl est un souvenir de lecture énorme, génial, fabuleux. Je pourrais même dire que dans ma vie de lectrice il y a un avant et un après Fan Girl :p

    J'aime

  4. Je ne connaissais pas cette auteure avant d'en entendre (beaucoup) parler sur les différentes chaînes youtube… mais j'avoue que tes derniers articles / vidéos m'ont donné envie de mettre tous ces livres sur ma PAL :)En tout cas merci beaucoup pour la retranscription/traduction de ton entretien avec elle!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s