Réflexions, TRANCHE DE VIE, Zéro déchet

J’arrête, enfin, Starbucks

C’est un pas de plus vers le mieux. C’était celui que je voulais faire prochainement, et plusieurs facteurs devaient se mettre en place pour que j’y arrive visiblement. 

La chaîne de cafés Starbucks et moi, c’était une grande histoire d’amour. C’était le moment réconfortant après une session de lèche vitrine à Bern ou Lausanne avec ma meilleure amie. C’était il y a plus de 10 ans, on avait à peine 20 ans, et ces boissons qu’on voyait partout, nous faisait envie, nous aussi on voulait notre gobelet. Que voulez-vous, c’était la force de l’influence, je l’admets sans honte. Et en plus je trouvais ça bon. 

Quelques années plus tard, Starbucks arrivait dans notre petite ville de Fribourg. On en riait, on disait que ça allait nous perdre, et c’est sûr que quand la tentation est juste à côté de ton lieu de travail et de vie… tu veux en avoir plus. Mon premier effort a été de ne plus prendre les gobelets jetables, mais mon propre mug. Je me disais que c’était déjà ça, et c’est vrai, dites-vous toujours qu’un petit effort vaut mieux qu’aucun effort. Aller me prendre un Caramel Macchiato, un Pumpkin Spice Latte ou encore un Toffee Nut Latte, c’était mon moment hygge, du réconfort liquide. Ils avaient bien réussi leur coup. 

En juin 2019, le Starbucks de Fribourg fermait ses portes, et le café franchisé de la gare… c’était pas la même chose. Ma carte de membre, Gold, sortait de moins en moins de mon porte-monnaie, et je me suis rendu compte que finalement, ce n’était pas si difficile que ça, et surtout qu’ils ne me manquaient pas tant que ça, ces cafés aromatisés, pleins de sucre. Je n’étais donc pas autant accro que ce que je pensais, et surtout, j’avais découvert que des bons cafés, je pouvais m’en faire à la maison (perso c’est café en grain acheté au vrac, moulu à la maison et que je fais filtrer dans ma cafetière Lento de Nature & Découvertes). 

Donc au moment de la crise qui a commencé en mars, j’étais loin d’être “en manque” de mon Caramel Macchiato. 

Début juin je suis tombée sur le fameux reportage sur Starbucks, sur Arte, et je savais qu’en le regardant j’allais avoir le dernier déclic, celui qui nous fait dire : bon, stop, ça suffit maintenant. On ne peut pas avoir tous les déclics en même temps, et comme je le dis souvent, c’est mieux d’y aller par étapes. Ma nouvelle étape à moi, c’était celle-ci. J’aime bien les partager ici, parce que ça marque un peu la chose, tout en admettant que ; non, impossible de tout faire, et qu’on a tous nos points faibles qui appartiennent à la consommation du XXIème siècle. 

Sur la chek-liste, je peux cocher Starbucks. Le prochain ? J’y réfléchis. 

Documentaire Arte. 

17 réflexions au sujet de “J’arrête, enfin, Starbucks”

  1. Belle progression dans cette volonté d’améliorer les choses, ce n’est pas évident et d’y aller par petits pas est vraiment le mieux à faire, bravo ! Et c’est toujours un plaisir de vous lire

    J'aime

  2. Coucou
    En ce qui me concerne, cette  » légende gourmande  » ne m’a jamais enthousiasmé. Lorsque j’ai découvert qu’il y en a un à Orléans, bien évidemment, je m’y suis rendue par curiosité. Et par moment, j’y retourne parce qu’il y a une nouvelle boisson. Mais hormis pour deux, j’ai souvent été déçue. Aussi, contrairement à French Coffee Shop que je préfère largement, je trouve leurs choix pas assez diversifié et – comment dire ? – exceptionnelles.
    Mylène

    J'aime

  3. Coucou Margaud
    Tout comme toi, après le reportage d’arte j’ai arrêté d’y aller. Bon j’y aller rarement comme il n’y avait pas chez moi XD
    Mon prochain défi personnel, c’est la fast food. Ce qui est moins évident pour moi !

    J'aime

  4. Coucou Margaud,
    Je te comprends totalement, j’ai aussi eu cette fascination pour cette enseigne mais j’y allais que rarement, ouf pour moi je n’en ai jamais eu près de chez moi ni du travail ! et puis j’ai aussi vu il y a quelques semaines le reportage d’Arte et entre le sucre, les quantités astronomiques de gobelets non recyclés et l’impression d’être un mouton qui cède aux charmes du marketing, j’ai dit plus jamais ! Merci pour tes articles, ça fait plaisir de te revoir par ici !
    Rebecca

    J'aime

  5. Bonjour Margaud!
    Quel plaisir d’avoir des nouvelles, surtout pour y lire ton cheminement sur le zéro déchet. J’avais également regardé ce reportage, et à l’époque j’étais encore une fan de Starbucks. Et puis ça a fait son chemin, tranquillement, mais ce qui a achevé la marque dans mon cœur, c’est la consommation de café fraîchement moulu et d’apprécier le BON café ! Au-delà de la qualité, je suis fière de moi d’avoir cessé de croire le marketing derrière Starbucks et de penser enfin par moi-même que le moins est le mieux (surtout en matière de café !). Je suis fière de ne plus soutenir une grosse entreprise américaine qui dévaste tout sur son passage, et je suis fière de progresser à mon rythme.
    Renseignons- nous et cheminons à notre rythme !
    Bel été,
    Rebecca

    J'aime

    1. Coucou Rebecca, merci beaucoup pour ton commentaire.
      Je trouve aussi qu’une fois que tu goutte au café fraîchement moulu, ça change tout. De mon côté je sais que je devais passer au dessus de l’image parfaite que je me faisais de ce moment… c’était devenu un accessoire plus qu’un plaisir, et du moment que je me suis rendue compte de ça je me suis regardé en me disant : non mais arrête. Arrête de toujours imaginer ce que les autres voient de toi et fais comme toi tu le sens.
      Des bisous

      J'aime

  6. Yes! Bravo Margaud! Je n’aime pas le café, et les thés et chocolats hyper chers chez Starbucks ne m’ont jamais trop attirées. Cependant, j’ai parfois cédé à ses sirènes parce qu’à la gare Saint-Lazare de Paris, c’est le seul endroit où on peut s’asseoir au chaud/au frais pour attendre son train. Maintenant, j’ai mon propre gobelet et je m’arrange pour emmener un thermos, une petite boîte de sucre et mon lait en poudre. Comme une lectrice disait plus haut, ma cryptonite, c’est le fast food. Je me limite au MacDo et je n’en achète que deux fois par mois (une fois si j’y arrive), quand j’ai mes lunes. La 2ème, c’est uniquement si j’ai eu une journée vraiment horrible, ou que j’ai envie de quelque chose de chaud sur la route et que le restoroute ne propose que ça. J’avais réussi à complètement arrêter à cause des oignons qui me rendaient malades, mais un jour avec des amis, j’ai vu qu’on pouvait choisir de les enlever… J’étais reperdue. Du coup, j’ai des règles: je ne le mange plus chez moi et j’essaie de m’installer dehors (encore une fois s’il ne fait ni trop chaud, ni trop mauvais) soit en terrasse, soit quelque part dans la nature pour au moins profiter de ce qui m’entoure sans avoir la tête prise par la musique, le bruit, les odeurs ou le manger chez moi sans me rendre compte de ce que je mange. J’ai réalisé que comme ça j’en profitais vraiment et j’éprouvais moins le besoin d’en manger.
    Comme tu dis, chacun sa cryptonite. Mais le fait d’en parler et d’essayer de se limiter, c’est déjà bien!
    Encore bravo et bon courage pour tes futures avancées!

    J'aime

  7. Super ! Quelle belle avancée dans ta démarche… Je n’ai jamais trop fréquenté le Starbuck (essayé une fois à Londres) car j’habite loin de la ville !
    Mais j’ai et j’avais d’autres tentations… Moi le déclic est venu pour le Toblerone il y a 3 ans ! J’adorais ça mais un reportage sur le lobby Nestlé et Compagnie m’a donné le déclic… On avance, chacun à son rythme et c’est cool de le partager avec nous.

    J'aime

    1. Bravo pour ton propre déclic.
      Nestlé sont tellement partout que c’est parfois difficile de les éviter… si seulement ils étaient que dans le chocolat XD mais à force, tu trouve local même, et tu te rends compte que c’est même meilleur ! mais pour ça faut sortir des supermarché, et je peux comprendre que ça ne soit pas évident. En tout cas bravo à toi 🙂

      J'aime

  8. Je n’ai jamais été une grande fan de Starbucks, sauf à l’époque où j’étais sur Tumblr et où je voyais beaucoup de photos des fameux gobelets, j’étais intriguée et j’avais trop envie d’essayer. J’ai eu l’occasion de découvrir leurs boissons quelques années plus tard : grosse déception. Tout ce bruit pour ça? Je me suis dit qu’il faudrait essayer d’autres boissons et le résultat est le même : c’est pas ouf. Du coup Starbucks et moi ça a pas été une longue histoire mdr. Mais j’ai regardé le reportage d’Arte il y a quelques mois et même si j’ai rompu avec Starbucks il y a longtemps, il m’a définitivement fait faire une croix dessus.

    J'aime

  9. Bonjour Margaud,

    Merci pour ce bel article qui montre que les changements dans notre quotidien ne sont ni les plus faciles, ni les plus difficiles, mais bien des étapes à passer après une prise de conscience.
    Merci de faire passer ce message qu’il est parfois nécessaire de prendre le temps pour avancer petit à petit, faire de son mieux.
    Heureusement, de nombreux journalistes, blogueurs, etc., sont là pour nous aider, nous informer et nous permettre de prendre des décisions les plus éclairées possibles.
    Je suis persuadée que c’est grâce à de tels témoignages inspirants que nous pourrons aller de l’avant !

    Bonne journée et encore merci 🙂

    PS: J’avais déjà essayé de laisser un commentaire mais cela n’a visiblement pas fonctionné, j’espère qu’il ne s’affichera pas en double !

    J'aime

  10. J’ai décidé d’arrêter Starbucks il y a quelques mois, après avoir déjà bien réduit la fréquence de mes visites dans la dernière année (non pas que j’y allais tout le temps avant), je ne supportais plus le sucre, et je préfère soutenir des cafés locaux. Il y en a tellement de tops et cozy!
    Sinon trop drôle, hier justement je regardais le documentaire Starbucks sans filtre (je ne sais pas si c’est celui dont tu parlais, je ne peux accéder à la vidéo d’ici haha) et ça m’a encore plus convaincue!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s